Le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles a rejoint le fonds Orange Belgium x SACD x Scam initié en 2019. Après avoir constaté la quasi-inexistence de ce type d'œuvres dans la cinématographie belge, les partenaires ont décidé de constituer ensemble un fonds de 30.000 € pour soutenir l’écriture de six films d’auteur tous publics. Près de cinquante auteurs et autrices ont répondu à l'appel, et la qualité de leurs projets nous réjouit d'avance pour les jeunes spectateurs et spectatrices !

En 2020, Orange Belgium, la SACD et la Scam ont renouvelé leur partenariat autour d’un programme de bourses d’écriture. Pour cette seconde édition, l’appel à projets était doté d’un montant de 30.000 € pour financer 6 bourses de 5.000 € réservées à des auteurs et autrices ambitionnant de réaliser leur deuxième long métrage. Les partenaires souhaitaient en effet soutenir du passage au deuxième film qui est parfois un cap difficile à franchir.

En novembre 2019, Orange Belgium, la Scam et la SACD s’associent pour offrir six bourses de 5.000€ pour l’écriture de nouvelles œuvres. Pour cette première édition, les bourses étaient réservées à des autrices. Cet appel à candidatures a connu un succès phénoménal puisque près de 130 projets ont été réceptionnés, à part égale de fictions et documentaires.

Ce 19 octobre avait lieu une réunion de la Ministre de la Culture Linard et des fédérations des secteurs culturel et socio-culturel, dont la Scam, afin de discuter de l’impact et de la mise en œuvre des mesures annoncées le 15 octobre dernier par le Comité de concertation. Qu’est-ce qui a été acté ? Quelles sont les prochaines étapes ? Synthèse.

De nombreuses activités artistiques et culturelles n’existent que grâce au travail invisible et non rémunéré des créateurs et des créatrices. Ceci a de nombreuses conséquences sur leur vie professionnelle et sur leur protection sociale. Alors que les responsables politiques engagent de vastes réflexions rendues inévitables du fait de la crise du COVID, vous êtes appelé·e·s à vous mobiliser pour que leur travail invisible se transforme en droits sociaux visibles et en une nouvelle politique artistique refinancée.

Lors de sa séance du 9 juillet 2020, la Chambre des représentants a adopté la loi améliorant la situation des travailleurs du secteur culturel. Nous vous avons préparé une note pour vous donner un aperçu des principales mesures législatives adoptées (illustrées d'exemples concrets), de leur interprétation par l’ONEM et de leurs conséquences pour les artistes.

Députée PS à la Chambre, Ludivine Dedonder a porté la proposition de loi votée le 9 juillet dernier, loi que le secteur appelait de ses vœux puisqu’elle permet d’offrir aux auteurs et autrices, aux artistes et aux techniciens et techniciennes une protection sociale face à la crise. Rencontre.

Depuis sa création, la Scam récompense les plus belles écritures documentaires dans leur diversité et dans l’ensemble de ses répertoires : télévision, radio, journalisme, littérature, art numérique, photo, œuvres institutionnelles… Cette année, en dépit des circonstances exceptionnelles, les jurys se sont virtuellement réunis, et nous avons eu le plaisir de trouver dans le palmarès le nom d'une autrice belge, Fanny Lacrosse. Toutes nos félicitations !

Lors de sa séance du 9 juillet 2020, la Chambre des représentants a adopté la loi améliorant la situation des travailleurs du secteur culturel. L’objectif de cette loi vise à limiter l’incidence de la crise du coronavirus pour les artistes et technicien.ne.s du secteur artistique. Plus particulièrement, elle a pour objet de prendre un certain nombre de mesures temporaires dans la réglementation du chômage qui portent sur les conditions d’admissibilité, les conditions d’octroi et le montant de l’allocation de chômage. Synthèse.

Une proposition de loi cruciale pour les auteurs et autrices sera discutée le 9 juillet à la Chambre. Celle-ci prévoit d’une part un gel des périodes de référence pour les bénéficiaires du statut d’artiste (compte tenu de leur impossibilité d’exercer leur activité), d’autre part un accès facilité à ce statut d’artiste (pour prendre en compte des situations comme celle des artistes tout juste sortis des études), et enfin l’autorisation de cumuler droits d’auteurs et allocations de chômage sans plafond. Jusqu’au vote, nous pouvons mobiliser nos élu.e.s pour faire entendre nos voix !