Actualités

La Scam s’engage pour la parité et l’égalité

Comme chaque année, le 8 mars est synonyme de journée de lutte pour les droits des femmes. Du côté de la culture, la Scam essaye de montrer l’exemple au mieux avec des actions concrètes et pistes de réflexion.

 

En vue de la Journée Internationale pour les Droits des Femmes mise en place par les Nations Unies en 1977, la SACD et la Scam soutiennent les avancées qui tendent à l’égalité et la parité dans le domaine du culturel et s’en font les vectrices. Cette journée de lutte et de manifestations est l’occasion de revenir sur les différentes actions mises en place au sein des deux sociétés mais aussi de se pencher sur les combats qu’il reste à mener. Malgré des acquis non-négligeables, il reste encore évidemment fort à faire pour rencontrer une forme d’égalité.

 

Devant le manque de représentation féminine dans le milieu culturel, la SACD en France a mis en place la brochure Où sont les femmes ? en 2012 et a signé la Charte pour l’égalité dans le cinéma initiée par l’association Deuxième Regard. Une plus récente Charte pour l’égalité entre les femmes et les hommes et la diversité dans la culture a également été mise en place en 2018 et ouverte à la signature d’établissements culturels et collectivités locales.

 

Du côté belge, le projet « Maison des Autrices » a été lancé en 2017à l’initiative d’Inès Rabadán, alors présidente du Comité belge de la SACD, avant l’actuel président Jean-Luc Goossens, et Paola Stévenne, actuelle présidente du Comité belge de la Scam. D’autres membres des équipes ont également activement participé à ce projet ambitieux qui souhaite renforcer la place des femmes dans le secteur culturel. Partant du constat que le chemin vers l’égalité était encore long, les différentes personnes impliquées ont souhaité réfléchir et agir activement en ce sens.

 

«La Maison des Autrices» est un projet protéiforme, un chantier en construction qui revêt à la fois les atours d’un laboratoire, d’un label et d’un lieu d’écoute, un espace de débat et de revendications. Il s’agit d’un observatoire des bonnes pratiques qui peut aussi proposer des formations dans le but de s’approprier collectivement les questionnements et problématiques liées à la parité.

 

La Scam en Belgique est parmi les premières à avoir utilisé le terme autrice pour favoriser l’inclusion des femmes dans ses actions. Le «Marathon des Autrices» en 2014 a lancé véritablement cette nouvelle pratique. Dans plusieurs services, notamment l’Action culturelle, des réflexions sont engagées sur la représentativité au sein des jurys, des programmations, des panels des évènements propres, du vocabulaire, des prix et des partenaires. Du côté du nom du bâtiment qui héberge la SACD et la Scam Belgique, le terme MEDAA n'est pas anodin puisqu'il signifie «Maison des Auteurs et des Autrices», un engagement jusque dans les murs.

 

Autant de pistes ouvertes à la réflexion qui ne demandent qu’à être suivies, autant d’autres initiatives à imaginer dans la lutte pour la parité et l’égalité entre hommes et femmes dans le secteur.

 

Pour aller plus loin 

• lire l'article sur les instances d'avis qui revient sur la volonté de parité au sein de la Scam

• retrouvez des évènements organisés notamment par la Scam destinées aux femmes articles : Construire une répartie féministe et la Construction des stéréotypes sexistes avec Laurence Rosier