Actualités

"La Pièce à livres", par Fabrice Kada

follow url Riches de toutes les écritures qu’elles représentent, la SACD et la Scam vous proposent des regards croisés entre des auteurs et des autrices. Pour multiplier les points de vue, confronter les idées, offrir des variations sur un thème... Ici, Fabrice Kada décrit son espace idéal pour travailler. En  extérieur, ailleurs ou chez soi, chacun.e trouve sa place pour écrire.

here  

« Elle n’est pas très grande. À vrai dire, c’est la plus petite pièce de la maison. On l’appelle généralement « le bureau » ou « la bibliothèque ». Pour mon fils, c’est « la pièce à livres ». Il aime quand j’y travaille le soir, après le rituel de l’histoire. Proche de sa chambre, ma présence le rassure pour s’endormir.

Quand je me suis installé ici il y a quelques années, cet espace est le premier que j’ai aménagé. Je ne suis pas particulièrement bricoleur. Pour cette pièce pourtant, il m’a semblé essentiel de tout faire de mes mains. La vieille moquette a fait place à un nouveau plancher. Un rouge ocre et chaleureux a remplacé le papier peint à fleurs décoloré. Les premiers mois, je me levais souvent à l’aube le dimanche pour aller chiner dans les brocantes. J’ai fini par trouver ce que je cherchais. Pas grand chose finalement : un fauteuil, une lampe, un bureau. L’essentiel est venu juste après : la construction d’étagères pour ranger mes livres. J’ai vraimentapprécié ces moments passés à scier, poncer et vernir le bois. Aujourd’hui, les murs de la pièce ont pratiquement disparus à la vue, remplacés par des rangées de romans, essais, dictionnaires, atlas, livres illustrés, bandes dessinées.

Sur la porte est affichée une carte postale sur laquelle on peut lire ces mots : « Entrée d’un palais imaginaire »*. C’est exactement ça. L’espace est entièrement dédié à cette seule fonction : faire de la place à l’imagination par la lecture et l’écriture. Avec le temps, cette chambre est devenue un espace quasi sacré.
Entrer ici, c’est se rendre disponible à la rêverie et à la création. C’est un état d’esprit. Cette ouverture vers les mondes de l’esprit est encouragée par la présence bienveillante des livres. Les ouvrir inspire. Leur simple présence rassure.

« La pièce à livres » est rapidement devenue mon endroit-refuge. Même le temps semble s’y écouler différemment. Et puis, il y a le silence. La nuit surtout. Ce lieu m’est nécessaire. Je m’y rends chaque jour. C’est d’ici que j’écris ces lignes. Il est déjà tard. Tout est calme. Mon fils dort. Demain matin, il entrera ici avant tout le monde. Il est toujours le premier réveillé. Il viendra tranquillement choisir un livre – dans les étagères du bas qui lui sont réservées – avant de repartir dans sa chambre. »


L'auteur

Fabrice Kada a étudié la communication et la photographie. Il a travaillé pour des ONG de développement, la presse écrite et plusieurs institutions culturelles. Passionné par le son et la voix, il réalise des documentaires radiophoniques. Il produit et anime des émissions sur RTBF-Musiq’3.


Pour aller plus loin

Ce texte a été publié dans le numéro 1 du Magazine des Auteurs et des Autrices, paru en mars 2018.

Retrouvez :

. le texte de Veronika Mabardi, pendant de celui-ci dans la rubrique "Regards croisés" du Magazine
. des réponses d'auteurs et d'autrices à la question "et vous, vous écrivez où?", en vidéo sur Bela
. le nouveau Magazine des Auteurs et des Autrices
. plus d'informations sur la Maison européenne des Auteurs et des Autrices

 

© Photo : Michaël Bianchi

Fabrice Kada c Michael Bianchi