Actualités

Aliénor Debrocq et Jérôme Colin, lisez-vous le belge ?

Quel rapport les auteurs et autrices entretiennent-ils avec la littérature de Belgique francophone ? Dans le cadre de l'opération "Lisez-vous le belge", nous avons eu envie d'en savoir plus et avons proposé à des auteurs et autrices de roman, de BD, d'essai, de livre jeunesse et de presse de répondre à un petit questionnaire à ce sujet. Merci à Aliénor Debrocq et Jérôme Colin, de s'être prêtés au jeu : y a-t-il une spécificité belge de leur écriture ? leur livre belge préféré ? où aiment-ils dénicher des livres ? Réponses ici !

 
2. alienor debrocq


1. Si vous deviez définir la littérature belge en un mot, quel serait-il ?

Insaisissable

2. Estimez-vous qu’il y ait une spécificité belge de votre écriture ? Laquelle ?

L’autodérision ? Une certaine distance face aux émotions que le texte cherche à véhiculer… Et puis le désir de me glisser dans les marges, les zones floues, les lisières et les friches, d’explorer une certaine laideur urbaine non dénuée de personnalité – je pense au viaduc dans mon premier roman, Le tiers sauvage.

3. Quel·le auteur ou autrice belge a influencé votre écriture ?

Ariane Le Fort, que j’ai rencontrée il y a longtemps grâce au concours de nouvelles de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Je trouve sa langue magnifique, sans fioritures, sans détours, avec pourtant une poésie omniprésente et un regard aigu sur la vie.

4. Quel est votre livre belge favori ?

Le Jour du chien de Caroline Lamarche : un livre que je conseille toujours à mes étudiant.e.s pour comprendre comment on peut passer d’un point de vue à un autre, voyager de personnage en personnage et traiter de sujets intimes et bouleversants l’air de rien, grâce à un chien aperçu un jour au bord d’une autoroute…

5. Quel est votre lieu préféré pour écrire en Belgique ?

Les trains. Je me déplace beaucoup en transports en commun et j’ai toujours adoré écrire pendant ces moments-là, ces bulles en mouvement entre deux rendez-vous, deux mondes, deux temps dans la journée. De nombreux chapitres de Cent jours sans Lily ont été écrits de cette façon, et la durée de mes trajets a influencé le rythme du livre.

6. Où, en Belgique, aimez-vous dénicher des livres (bibliothèque, librairie…) ?

Chez Tropismes ou Tulitu, mais aussi chez Pêle-Mêle car j’ai découvert très tardivement dans ma vie les librairies d’occasion et j’aime leur ambiance particulière, l’idée qu’on va chaque fois dénicher des trésors sans savoir lesquels. Pour les enfants, on fréquente beaucoup la bibliothèque communale près de chez nous…


Tout savoir sur Aliénor Debrocq en découvrant sa page Bela !

 
2. jerome colin

1. Si vous deviez définir la littérature belge en un mot, quel serait-il ?

Une salle d’attente.

2. Estimez-vous qu’il y ait une spécificité belge de votre écriture ? Laquelle ?

Je n’en sais rien. Probablement inconsciemment doit-il y avoir quelque chose. Le fait d’habiter un petit pays, dans l’ombre des grands, a très probablement un impact. Cela développe naturellement la simplicité. Le désir du petit regardé par le grand : celui du travail bien fait. J’ai toujours l’impression, quand je lis des romans belges, que l’auteur a fait de son mieux, avec ses armes. Je crois que c’est nous, ça. Qu’importe notre talent, faire de son mieux. J’aime cette idée.

3. Quel·le auteur ou autrice belge a influencé votre écriture ?

C’est regrettable, je le sais, mais il n’y en a pas. Dans l’immense majorité, mon éducation est soit française, soit anglo-saxonne. J’aurais aimé vous mentir avec panache. Mais très honnêtement, aucun auteur belge ne m’a influencé. Car ma culture s’est faite ailleurs. Ce qui est, je vous l’avoue, regrettable.

4. Quel est votre livre belge favori ?

Sans hésitation un Tintin. On a dit qu’on ne mentait pas, hein ?

5. Quel est votre lieu préféré pour écrire en Belgique ?

Ma cuisine. J’ai un bureau dans lequel je travaille pour la radio notamment. Mais l’écriture, elle se fait majoritairement à la table de la cuisine, quand ma femme est au boulot et mes enfants à l’école.

6. Où, en Belgique, aimez-vous dénicher des livres (bibliothèque, librairie…) ?

À cause de mon boulot à la radio, les livres arrivent à moi par un autre canal. Mais en faisant le tour des librairies en Belgique, j’ai été particulièrement séduit par l’équipe de Livre’s à Marche en Famenne.

Tout savoir sur Jérôme Colin en visitant sa page Bela.

Lire aussi les réponses d'Aïko Solovkine et Kenan Görgün, et celles de Maud Joiret et Timotéo Sergoï !

Pour aller plus loin

. La campagne de promotion Lisez-vous le belge est coordonnée par le PILEn. Au menu pendant 6 semaines : des sélections de livres, des interviews, des articles de fond et des portraits pour célébrer la diversité et la richesse de notre littérature et mettre en avant tous les acteurs participant à son existence, toutes les voix et les visages du livre belge francophone.

. Rendez-vous sur la page facebook de la campagne Lisez-vous le belge, que vous pouvez aussi retrouver sur LinkedIn ou sur twitter en suivant le hashtag #lisezvouslebelge.

. Découvrez ce qu'en disent les médias : La Libre Belgique, BX1, 7sur7, Actualitté, La Première...

. Et bien-sûr, est-il besoin de le préciser, lisez des livres belges !

 

lvlb logo carréAuteurs, autrices, ce questionnaire vous amuse ?
N'hésitez pas à le remplir aussi et à partager vos réponses sur les réseaux sociaux, en utilisant le hashtag #LisezVousLeBelge. Nous avons hâte de découvrir le résultat !