Actualités

"Les leviers de l'emploi artistique" : le podcast de la rencontre

Revivez la rencontre sur les leviers de l’emploi artistique du 2 avril 2019 comme si vous y étiez !

Après un bilan de la situation de l'emploi dans le secteur culturel et particulièrement artistique, plusieurs intervenants ont détaillé les outils pour soutenir l'emploi et la création afin de trouver ensemble des solutions concrètes.

 

Ecoutez l'introduction de Frédéric Young, délégué général de la SACD et la Scam en Belgique, qui évoque le programme de la rencontre.

 

 

Jean-Gilles Lowies (Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, assistant à l’Université de Liège au département médias, culture et communication et chargé de recherches à l’Observatoire des politiques culturelles) a débuté avec quelques données historique sur la situation des artistes. De la bataille des Fourches Caudines en passant par la Loi-programmme de 2002 et les révisions de 2013, Jean-Gilles Lowies a balayé les grandes dates de l'emploi artistique. 

 



La scénariste, comédienne et membre du Comité belge de la SACD, Valérie Lemaître a donné son ressenti sur les difficultés de la profession, la précarité, le statut d'artiste...  Elle expose également quelques pistes concrètes pour améliorer la situation des artistes du côté des bourses, des commandes, du tax shelter, de la diffusion, de la promotion etc. Elle expose également la nécessité de la parité dans le secteur.

 
 
Thierry Debroux, le directeur du Théâtre royal du Parc évoque le travail de promotion et la nécessité de mettre les artistes au centre. Il expose différentes améliorations et pistes pour soutenir la création comme celles de l'amélioration de l'emploi artistique, du tax shelter et l'organisation d'atelier d'écriture d'adaptation. 
 

 
C'est ensuite la Présidente du CPAS de Bruxelles et ancienne échevine de la Culture de la Ville de Bruxelles, Karine Lalieux qui a exposé les problèmes du statut d'artiste. Pour elle, il faut cesser de faire des dérogations aux règles du chômage et créer un vrai statut.
 

 
Philippe Reynaert, le directeur de Wallimage prend la parole pour exposer un frein majeur au changement : les différents niveaux institutionnels. Il y a une rivalité entre le régional et le fédéral. Wallimage cherche de son côté à soutenir les scénaristes.
 

 
Aurore Boraczek, responsable Lettres et Livres à Wallonie-Bruxelles International, se penche sur le travail de promotion culturelle. Elle dégage 4 axes de travail pour faire rayonner davantage la culture belge à l'international et soulève l'importance de la rémunération des auteurs et autrices selon des barêmes.
  

 

Corentin Delescaille est gestionnaire de projets chez Actiris. Selon lui, il faut développer l'offre de service pour les artistes, leur fournir des informations pertinentes, les accompagner et favoriser le réseautage. Il faut prendre en compte la réalité des chercheurs d'emploi dans le domaine artistique.

 


 
Responsable du Service des Auteurs et de l'Action culturelle à la SACD et la Scam Belgique, co-présidente de la coupole de concertation Bouger les lignes "Artistes au centre", Anne Vanweddingen rappelle l'absurdité du statut d'artiste et la dévalorisation des auteurs et autrices qui en résulte. Intégrer les artistes au coeur de la Fédération Wallonie-Bruxelles serait un changement cohérent. Développer les aides à l'écriture, valoriser les auteurs et autrices en tant qu'expert.e.s et établir une charte des bonnes pratiques en festival pour les rémunérer participerait également à une amélioration globale de l'emploi artistique.
 

 
 
Matteo Segers est député de la Région de Bruxelles (Ecolo). Il rappelle lui aussi l'urgence de créer un vrai statut d'artiste et défendre l'exception culturelle.
 

 

La rencontre s'achève sur les questions et réflexions du public, qui concluent un événement riche en pistes de réflexion. 
 

 

 

Pour aller plus loin :

. L'étude de la Scam sur les conditions de travail des documentaristes : "Documentariste, un métier de nanti ?"
. Lire l'article de Luc Dellisse, membre du Comité belge de la Scam : "La vraie situation de l'écrivain"